Oiseaux exotiques et compagnie, la folie des plumes :)


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiche oiseau n°3 : le diamant de Gould

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pierre27180
Admin
avatar

Messages : 1500
Date d'inscription : 29/03/2008
Age : 23
Localisation : France - Eure

MessageSujet: Fiche oiseau n°3 : le diamant de Gould   Mer 25 Juin 2014 - 21:37

Le Diamant de Gould
Nom latin : Erythrura gouldiae
Classification : ordre des Passériformes, famille des Estrildidés
Pays d'origine : Australie

Description :
Le diamant de Gould mesure entre 13 et 15 cm de long.
Le plumage de ces oiseaux est très coloré. La tête est noire ou rouge en fonction de la mutation des oiseaux, un collier bleuté l'entoure. La nuque et le dos sont verts. La poitrine est violette et le ventre jaune. La base de la queue est bleue. La pointe de la queue se termine en un filet.
Le bec est blanc et se termine par une pointe rouge pour le mâle, noire pour la femelle en période de reproduction. Les yeux sont noirs et les pattes rosées.
Le plumage de la femelle est aussi coloré que celui du mâle mais dans des tons plus clairs et pastels.
En captivité, il existe une très grande variété de mutations : des diamants de Gould avec la tête orange, rouge, noire, blanche, la poitrine blanche, le dos bleu, pastel, lutinos, albinos... Certaines de ces mutations se combinent pour former des combinaisons de couleurs toutes plus belles les unes que les autres.

Comportement :
Il s'agit d'un oiseau vif, enjoué et sociable.
C'est l'un des oiseaux les plus fréquemment gardés en captivité, principalement pour ses superbes couleurs.
Etant donné qu'il s'agit d'un oiseau actif et qui aime voler, il lui faut impérativement une grande cage, plus longue que haute, dans laquelle il puisse s'ébattre. Le mieux est de le garder au moins par paire, les goulds étant des oiseaux sociaux.
La plupart des éleveurs de goulds ne les font pas cohabiter avec d'autres espèces de petits becs droits exotiques. En revanche, cela reste possible, mais il faut impérativement éviter les espèces turbulentes et trop actives, telles que les diamants à gouttelettes, les forbes/nouméas/kittlitz. Des petites espèces telles que les becs d'argent, les MdJ, les ruficaudas, sont des voisins de cage appréciés.
Cet oiseau est relativement fragile et il est très important de lui éviter tout stress inutile, que ce soit des compagnons de volières trop envahissants ou un éleveur peu précautionneux. Il faut également (mais ça vaut pour toutes les espèces) éviter de les exposer aux courants d'air.
La mue est une période de l'année qui fatigue beaucoup les oiseaux. Les diamants de Gould sont à surveiller activement pendant cette période.
Il s'agit d'un oiseau paisible et sans problème, qui aspire à être maintenu, reproduit et observé dans le calme. Ses colocataires devront être choisi avec attention.
Le gould apprécie les bains et il est nécessaire de lui proposer une baignoire. Certains éleveurs préconisent de ne pas la laisser en permanence mais de la proposer seulement quelques fois par semaine. Je suis de ce qui la laisse en permanence, même si je n'ai pas de gould, mes mandarins, mdj et bichenov apprécient de se baigner quotidiennement voire plusieurs fois par jour. Chacun voit.

Sexage :
Le sexage du diamant de Gould est assez simple et se fait de deux manières : par le dimorphisme sexuel visuel et par le chant. En effet, seul le mâle chante et parade.
En ce qui concerne le plumage, celui du mâle est plus éclatant que celui de la femelle, que l'on peut qualifier de "plumage dans des tons pastels". De plus, le bec du mâle se termine par une pointe rouge visible en permanence, tandis que celui de la femelle se termine par une pointe noire. Le bec de la femelle devient entièrement noir en période de reproduction.

Alimentation :
Un bon mélange de graines au quotidien, du millet en branches, du grit, un os de seiche, des graines germées le plus souvent possible, de la verdure de temps en temps.

Reproduction :
Moyennement difficile
La reproduction du diamant de Gould est une chose maitrisée par la grand majorité des éleveurs de cet oiseau. De nos jours, la méthode dite "naturelle" est plébiscitée par les éleveurs. En effet, il y a peu de temps encore (et même encore aujourd'hui), pour répondre à la grande demande en goulds, les éleveurs professionnels avaient un recours systématique aux moineaux du Japon, qui sont connus pour être des parents nourriciers hors pairs.
La reproduction naturelle des diamants de Gould n'est pas toujours évidente mais elle est très, très loin d'être impossible puisque nombreux sont les particuliers qui y arrivent. Il faut de la patience, de la constance et de la rigueur.
Les diamants de goulds acceptent relativement bien de se faire imposer un partenaire. Cependant, la réussite de la reproduction est encore meilleure lorsque les deux partenaires peuvent se choisir. Pour parvenir à obtenir les oiseaux dans les combinaisons de mutations qu'ils souhaitent, certains éleveurs laissent à leurs oiseaux l'illusion de croire qu'ils se choisissent, parmi un groupe d'oiseaux aux combinaisons génétiques identiques. Cette méthode très simple et logique permet aux oiseaux de se choisir et à l'éleveur d'obtenir les mutations qu'il souhaite.

Le choix du nid est important. Les goulds nichent dans des nichoirs dits "nichoirs à goulds". C'est dans le nid et après la parade que les oiseaux s'accouplent. Les dimensions sont standards et on trouve ces nids dans toutes les oiselleries.
L'éleveur peut le garnir en partie et laisser aux oiseaux l'opportunité de le terminer. La garniture est des plus classiques : fibres de coco principalement.
Si une semaine après la pose du nid, les oiseaux ne l'ont toujours pas visité, il faut peut-être penser à le changer d'emplacement ou d'orientation. S'ils le visitent, il y a de fortes chances pour que l'accouplement et la ponte suivent.

La ponte est généralement de 4 à 7 oeufs blancs, pondus à 24 heures d'intervalle et tôt le matin. L'incubation commence véritablement à la ponte du 4ème œuf. Les adultes se relaient dans la journée mais c'est la femelle seule qui couve la nuit.
Le mâle passe la nuit sur un perchoir non-loin du nid ou dans l'antichambre.
C'est à partir de l'incubation que les choses se corsent pour l'éleveur : les goulds n'aiment pas être dérangés lorsqu'ils couvent. Si ils sont dérangés au cours de cette période, il peut arriver qu'ils abandonnent le nid. La nichée serait alors perdue. C'est pour éviter cela que les éleveurs enlevaient systématiquement les œufs des goulds pour les mettre à couver sous des MdJ, qui sont plus fiables tout au long de l'incubation et de l'élevage des jeunes.
Les œufs peuvent être mirés à partir du 6ème jour.
Les raisons les plus fréquentes de l'abandon des œufs : l'inexpérience de la part du couple, des oiseaux jeunes, un éleveur trop inquisiteur aux yeux des oiseaux, un couple qui ne s'entend pas.

Environ 15 jours plus tard, les oisillons percent leurs coquilles. Ils sont alors nus et aveugles. Les parents continuent de couver leurs jeunes pendant une dizaine de jours.
Il est prudent d'éviter de contrôler le nid durant cette période. Si les 2 parents perdent le contact avec leurs petits, on risque de les voir "nettoyer le nid", c'est-à-dire éjecter les jeunes.
Les couples âgés et expérimentés se montrent moins inquiets.
Ce n'est que vers le troisième jour que l'on commence à entendre faiblement les jeunes.
Le nourrissage des jeunes est très discret les premiers jours. La nourriture des jeunes se composent de pâtée aux œufs, que les adultes vont venir manger et mélanger aux graines qu'ils ont ingérés, pour donner la becquée à leurs petits.
Les jeunes portent des excroissances appelées "diamants" autour du bec, qui servent à inciter les adultes à les nourrir. Ces diamants partiront vers les 2 mois des poussins.
L'éleveur peut contrôler au nid avec moins de risques à la fin de la première semaine. Les oisillons peuvent être bagués avec une bague fermée entre leur 8ème et leur 10ème jour, avec une bague de 2,5 mm de diamètre.
Vers le 20ème jour, les jeunes commencent à s'approcher du trou d'envol. Ils quittent le nid généralement le 23ème jour, mais cela reste théorique.
La femelle commence généralement une seconde nichée alors que la première est en cours de sevrage. La première nichée peut cohabiter avec la seconde si la cage est suffisamment grande et il faut que l'éleveur surveille attentivement ses oiseaux.
Les jeunes comment à manger seuls vers leur 40ème jour et on estime qu'ils sont sevrés à leurs 2 mois.

La première mue peut être longue à venir chez ses oiseaux, il est possible que certains aient terminé la leur quand d'autres ne l'ont pas encore commencé. Généralement, les oiseaux sont en couleurs à leur première année.

Il est nécessaire pour garder ses reproducteurs en forme de ne pas faire plus de trois nichées par an. Au-delà, cela représente des risques importants pour les adultes : en effet, nicher est très fatiguant pour eux, rien que l'incubation au
cours de laquelle ils doivent augmenter leur température corporelle est néfaste si elle dure trop longtemps et se répète trop souvent en peu de temps.
Il est déconseillé d'accoupler certaines mutations entre elles. Par exemple un accouplement bleu x bleu, s'il est répété sur plusieurs générations risque d'affaiblir la souche et de produire de mauvais oiseaux.

Longévité :
Le gould peut vivre entre 6 et 8 ans, mais certains individus de constitution solide peuvent atteindre les 10 ans.

Cris et chants :
Il ne s'agit pas d'un oiseau bruyant, même plutôt silencieux.
Le mâle parade et chante. Ce chant est doux et mélodieux.
Le reste du temps, les deux sexes émettent des petits sifflements aigus.

Photos :

Couple, femelle à gauche (bec noir et plumage pâle) et mâle à droite (pointe du bec rouge et plumage éclatant)
Têtes rouges, poitrines violettes
(http://pages.infinit.net/amivet/gould.htm)


Mâle tête noire, poitrine blanche
(http://oiseauclubsaran.free.fr/index.php?menu=menup7&contenu=menus0707)


Femelle tête noir poitrine blanche
(http://oiseauclubsaran.free.fr/index.php?menu=menup7&contenu=menus0707)


Femelle jaune tête rouge poitrine violette (chez cette mutation, le bec de la femelle est rouge. On la différencie alors du mâle par son masque moins marqué et moins étendu, sa poitrine moins éclatante et son plumage plus terne (si on peut dire pour un tel oiseau !)
(http://oiseauclubsaran.free.fr/index.php?menu=menup7&contenu=menus0707)


Femelle jaune tête rouge poitrine violette
(photo élevage Benoit24 http://gould.skyrock.com )


Mâle bleu, tête noir, poitrine blanche
(http://passionexotiques62.skyrock.mobi/2668748624-Ici-le-male.html)


Mâle bleu, tête rouge, poitrine violette
(http://www.rezopiaf.com/forum/viewtopic.php?f=15&t=332&start=15)

Tous droits réservés © Pierre Novince - 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merlue-et-kiwi.skyrock.com
 
Fiche oiseau n°3 : le diamant de Gould
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche oiseau n°3 : le diamant de Gould
» oiseau de cage : le diamant de gould
» Fiche oiseau n°1 : le diamant mandarin
» Fiche Diamant de Gould
» Diamant de Gould

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oiseaux exotiques et compagnie, la folie des plumes :) :: Fiches espèces :: Fiches oiseaux bec droit :: Les oiseaux exotiques granivores-
Sauter vers: